28 juillet 2017. C'est avec une soudaine envie d'écrire et de partager que j'allume l'ordinateur de mon père et me connecte sur Canalblog, site dont le design m'est si familié maintenant. Cela fait maintenant quatre ans que je suis sur cette platforme et j'aime beaucoup voir comment j'ai grandit à travers mes quelques deux cents quinze articles. Je trouve intéressant de voir comment ma catégorie "DIYs" est passée de la plus fournie à la moins actualisée, laissant place à mes catégories "Pensées" et "Lifestyle". C'est vrai que je me plonge dans des séances de réflexion plus souvent que en 2013. Ou alors, ceux sont les sujets qui changent, tout simplement.

Dans tous les cas, la Chiara de 2013 n'est pas la même que la Chiara de 2017. Ce n'est pas avec nostalgie que je tappe cette phrase, je suis contente de grandir. Je me souviens penser à la "future moi" avec peur et angoisse, j'accuse les reportages du journal de 20h, où le mot "adolescent" était associé avec "délinquant". C'est ma mère qui a m'a calmé et m'a expliqué que nous ne sommes pas obligés de devenir un criminel en grandissant. C'est aussi elle qui, plus tard, m'a répondu que l'on apprend différentes choses à chaque période de sa vie et c'est ça qui les rend uniques à vivre, quand je lui ai demandé: "Tu préfères l'enfance, l'adolescence ou l'âge adulte?".

C'est un peu par hasard que j'ai trouvé ma nouvelle devise de vie. Je pense que c'est après avoir lu les chapitres "Live now, Worry later" et "Life doesn't wait" de l'exellentissime livre A work in progress de Connor Franta, et après quelques minutes à remuer des pensées dans mon cerveau que je me suis rendue compte que "Tu en tireras une leçon". Cette phrase, aussi simple qu'elle est, est d'une importance que je juge cruciale. Si vous avez lu mon article "Fear Of Missing Out", vous savez que j'ai constamment peur de manquer quelque chose, que ça soit un éclat de rire avec ma famille ou une excursion avec des amis. Me rendre compte que, quoi que je fasse, j'en tirerai une leçon m'a beaucoup aidé à contrôler cette FOMO. J'en ai parlé avec ma très bonne amie Laura et elle m'a confié que c'était le speech le plus utile que je lui avais jamais fait, et God knows que je lui ai fait beaucoup de "speech". Elle l'a même noté dans son memo de ses phrases préférées et God knows que avoir trouvé une phrase qui se retrouve dans les phrases préférées de Laura est très badass.

Récemment j'ai aussi appris à mettre mon cerveau en mode silencieux. Vous avez sûrement remarqué que je pense beaucoup. Je me pose tout le temps des questions, je prends (en tout cas, j'essaye de prendre) du recul sur les évènements pour les analyser, et quand je doute, je procède par listes de "pours" et de "contres". J'ai découvert que le changement me stressait et j'imagine que analyser tout ce qui se passe autour de moi et ma façon à moi de ne pas laisser ce stress prendre le dessus. Cette démarche est devenue une habitude pour moi, mais j'ai découvert que, de temps en temps, la mettre en pause n'est pas une si mauvaise chose. Dans des situations toutes nouvelles, celles que l'on ne sait pas du tout comment gérer, ou dans des situations où penser peut être égal à panique et, panique à une mauvaise situation, c'est bon de ne pas réfléchir. Je ne dis pas par là que il faut arrêter de raisonner, se laisser complètement aller et faire des choses stupides, voire dangereuses. J'ai donc modifié légèrement une devise bien connue et je me suis retrouvée avec: "Go with the flow but be safe. Live now, worry later but don't be stupid" ou alors "Laisse toi aller mais reste en sécurité. Vis maintenant, inquiète toi plus tard mais ne soit pas stupide".

Je me suis aussi rendue compte que je fais souvent des listes. J'ai constamment le cerveau plein à ras bord et organiser mes pensées sur du papier est donc mon passe-temps favoris. Depuis mai dernier, j'ai mon propre Bullet Journal. Un Bullet Journal, qu'est-ce que c'est? C'est un carnet qui sert à s'organiser et qui contient donc des agendas et des plannings mais aussi, et surtout, DES LISTES. Je tiens donc, exactement, et à ce jour même, vingt-deux listes dans mon BJ. Cela part des livres à lire, pour arriver à ma wishlist de vinyles, en passant par les chansons qui me rendent émotives. J'aime faire l'énumération des choses que j'aime, que je veux faire ou qui me rendent heureuse, so what?

 

C'est donc sur ces belles (?) paroles que je vous laisse. Je vous avoue que, quand j'ai commencé cet article il y a presque quatre heures maintenant, je ne pensais pas le finir et le rendre sympa, guess I was wrong. :)

 

 

Memo de Laura